Incontinence et grossesse – MDM-FRANCE – Incontinence, fuites urinaires

0

L’incontinence concerne une femme sur deux pendant la grossesse, et persiste dans un cas sur cinq. Ceci est dû notamment à deux facteurs physiques propices à la fuite urinaire : l’agrandissement de l’utérus ainsi que la prise de poids. La naissance, elle, va entrainer des lésions sur les muscles élévateurs de l’anus ainsi que sur ceux du périnée. Cela provoquera donc une faiblesse musculaire qui pourra engendrer des fuites urinaires.

La prévention

Toutefois, ceci n’est pas une fatalité, nous pouvons faire de la prévention ce qui minimisera les risques d’incontinence urinaire par la suite.
Tout d’abord il est recommandé de respecter une vie saine et adaptée à sa grossesse : manger sainement, faire du sport (éviter les sports violents),… Plus de détails sur cet article : http://www.ptiloup.fr/bebe-pratique/post/Bien-vivre-sa-grossesse

Il est donc recommandé de suivre une rééducation préventive : apprendre à contrôler les muscles de son périnée permet de limiter les risques de fuite urinaire, et éviter toute lésion lors de l’accouchement. Il arrive également que l’épisiotomie (incision chirurgicale du périnée) soit pratiquée lors de l’accouchement pour prévenir les risques de déchirement. Cette opération souvent utile (mais non systématique) favorise malheureusement le risque d’incontinence par la suite. 

Le médecin déterminera la qualité du muscle périnéale à la suite de la naissance, et indiquera par la suite le nombre de séances nécessaires à la rééducation périnéale (les 10 premières séances sont d’ailleurs remboursées par la sécurité sociale). Cette dernière doit toujours intervenir AVANT la rééducation abdominale. Durant cette période il est donc fortement déconseillé de porter de lourdes charges ou de faire des efforts intenses. Un périnée solide baissera d’autant la probabilité d’être victime de fuites urinaires.

Pour en savoir plus sur la grossesse et l’éveil de bébé : http://www.ptiloup.fr/bebe-pratique/